gayet

Hollande- Gayet : le Conseil Constitutionnel dans l’embarras

By Rédacteur en chef, janvier 12, 2014

TwitterGoogle+PinterestStumbleUponTumblr

Suite à l’inattendue révélation du magazine people Closer, vendredi dernier  sur l’idylle cachée du président François Hollande et la comédienne Julie Gayet, le Conseil Constitutionnel a été saisi pour déterminer la conformité de cette relation.

Dans les prochains jours, cette haute institution de l’état se prononcera qui, entre Valérie Trierweiler ou Julie Gayet, occupera la place officielle de la première dame de France.

En mars 2013, le citoyen français Xavier Kemlin avait déjà soulevé ce problème en portant plainte contre l’actuelle première dame de France, Valérie Trierweiler pour détournement et abus de fonds sociaux. Désormais Il demande à clarifier l’identité officielle de la nouvelle compagne du présidente, celle qui représentera l’image de la France.

“Je veux connaitre qui fera désormais du recel des fonds publics” s’interroge t il, un brin provocateur. “Ce trio n’est pas lié juridiquement, et la polygamie reste interdite en France”.

Son interrogation pose en effet le problème du concubinage non officialisé. Pour répudier une concubine, la loi française stipule qu’il faille prouver une faute lourde comme l’adultère.

“Nous sommes dans l’embarras pour déterminer le flagrant délit d’adultère” a déclaré un des membres du Conseil, “nous ne pouvons pas envoyer un huissier pour procéder à un constat d’adultère au chevêt du président de la République” ajoute t il gêné, “encore moins procéder à une palpation intime de madame Gayet”.

“Tous les recours possibles pour déterminer si Monsieur Hollande a violé le serment de fidélité et si effectivement il y a eu des relations sexuelles consenties avec la nouvelle jeune femme ” ajoute  l’octogénaire.

Le cabinet de l’actuelle première dame de France n’a pas voulu se prononcer à ce sujet, mais des proches ont affirmé que Madame Trieweiller fera une prochaine déclaration via son compte Twiter.